Vivez la vie de vos rêves…

Quand l’art s’invite sur le sol et dans notre quotidien

marquage-sol-detourne-art-quotidienL’art et la poésie peuvent s’inviter à tout moment dans notre vie de tous les jours. Et parfois, on ne s’en aperçoit pas, ou alors pas immédiatement. Par exemple, il y a quelques jours, je suis tombée sur un panneau de circulation « sens interdit » détourné grâce à un sticker représentant un personnage en train de scier difficilement la barre blanche. Finalement, sans nous en rendre compte l’art est tout autour de nous, de l’art moderne certes, mais de l’art quand même. Que ce soit des tags et graffitis, des pochoirs, des stickers et même des « yarn bombing » (des créations en tricot), il se décline partout dans la rue, sous nos yeux. Et j’aime bien l’idée de détourner des marquages au sol sans bien évidemment, les rendre illisibles. Il ne faut pas oublier qu’ils servent à quelque chose et qu’ils sont indispensables pour notre sécurité routière.

Des éléments détournés par des artistes… et des annonceurs

J’aime particulièrement lorsque des choses du quotidien sont détournées, comme l’a souvent fait Banksy. J’ai découvert aussi le travail de Peter Gibson, alias Roadsworth, un artiste canadien qui s’exerce surtout dans l’intervention artistique (« happening ») avec des pochoirs principalement. Il utilise aussi le marquage au sol comme toile de peinture et l’agrémente de quelques éléments comme des pissenlits et des traces de pas. Cela donne des résultats insolites et originaux ! Les marquages au sol sont devenus des terrains de jeu pour les artistes, mais aussi pour les agences publicitaires qui s’en servent pour créer du contenu marketing. Ainsi, un passage piéton peut se transformer en cornet de frites pour un grand fast-food, un produit ménager très connu avait « nettoyé » l’une des lignes du passage piéton … Nous avions pu voir la réalisation d’une telle oeuvre à Nancy lors de « l’été du Street Art », les artistes étaient accompagnés de la société groupe-helios pour mettre en oeuvre ces marquages au sol décoratifs.

En savoir plus

Des panneaux de signalisation illégalement détournés

Quand ce ne sont pas les signalisations horizontales qui font l’objet de détournement, ce sont les panneaux qui en font les frais. Les « street artistes », tels que Clet Abraham, transgressent les interdits pour nous interpeler, nous faire rire ou nous choquer. Seulement, il faut rappeler qu’il est interdit de coller des stickers sur les panneaux de signalisation, de modifier la signalétique par terre ou de tagger sur le mur d’une propriété privée. Le street art, qui se pratique forcément à la frontière de la légalité et de l’illégalité, fait parfois l’objet de nombreux rejets et critiques en tant qu’art public. D’autant que si certains artistes respectent ces marquages et ne les abîment pas, d’autres sont moins attentionnés et ne se rendent pas compte que cela peut être dangereux.

 

Laisser une réponse

*

Pascal Steichen

Bonjour, je suis Pascal. Quelques mots pour me décrire … Mes études en architecture m'ont amené à faire plein de voyages et à découvrir l'art. Mais je ne suis pas ici pour ça, je suis ici pour partager sur ma vie quotidienne mes trucs et astuces.

Derniers articles